06/10/2005

Quand le palpitant se barre en couille

Mon cœur ? A plus cœur. Je l’ai cassé comme un enfant trop gâté. Ou il s’est cassé. Non, la vérité c’est que je l’ai agrippé et fracassé contre mon front. Mais non, mais non, ça fait pas si mal... Bon, ok, c’est bien pour te faire plaisir. Passe-moi de la colle. Ca va où ça ? Ah tiens. Ah non, c’est pas là qu’il était. Je l’ai remonté, mais il ressemble plus à rien. Il risque de fonctionner de travers. Regarde, ça ça va pas là du tout ! C’est pas grave, on va le laisser comme ça. Attends je vais essayer de le remettre. Ah, AAh, AAAhn. Pfiouuu ! Ca fait mal quand même, bordel. Je t’avais dit qu’il fonctionnerait mal. Ca bat dans ma poitrine, mais durement par à-coups irréguliers. Ca monte, ça descend. Aïe, aïe, aïe. T’as vu, j’ai la main qui tremble. Bon, je l’enlève et je le pose là dans un coin. Je vais peut-être le foutre à la poubelle...


Mes sentiments ? A plus sentiments. Elle a joué avec, s’est amusée d’eux. Une fois fixés, elle les a pris et les a balancés dans la rue. Marre. Plus envie d’être fort. Plus envie d’être beau. Plus envie d’être drôle, intelligent, gentil. Envie de pleurer. De me faire mal. Casser ce corps. Vaincre le mal par le mal, c’est ce qu’on dit non ?Que les douleurs physiques me fassent oublier la douleur intériure...


5 commentaires:

  1. et mon coeur, tu sais ce qu'il devient est-ce que tu t'en préocupe?

    RépondreSupprimer
  2. t'es sur que tu n'est pas le fils caché de neil gaiman?...en tout cas tu sais aussi bien jouer avec le crayon qu'avec les lettres..et c'est rare de trouver un dessinateur couplé d'un écrivain, si ce n'est proseur (poète nan car c'est pas en rime..)..et c'est sincère..avoir un e facilité et une fraicheur d'écriture comme ça, on n'en trouve pas à tout les coins de rues

    RépondreSupprimer
  3. ohhhhhhhh putain c'est trop de la merde. Pourquoi pas papillon de lumière ! crois pas les gens sans amis qui te disent que c'est bien, arrête tout de suite, si t'as un peu de respect pour la poésie ou l'écriture. comment décrire cette indescriptible description ? et si mon palpitant palpitait dans les vapeurs vaporeuses d'un saké alcoolisé, pas si dégueu cet apres midi? Mon coeur est gelé de la brulure de ta poésie poétique apoésante.
    Merci l'artiste pour tout ce bien, je me sens mieux

    RépondreSupprimer